"UV Safety Box" : comment une entreprise wavrienne est parvenue à s'adapter en contexte de crise

Désinfecter les caddies des magasins et des aéroports en quinze secondes, grâce à la technologie des UVC, c’est la promesse de cet « UV Safety Box ». Cette machine de décontamination a été mise au point pendant le confinement par une société de Wavre, les ateliers De Ceuster.

« Cette technologie permet d’envoyer un rayonnement de 254 nanomètres qui détruit toute bactérie et tout virus », affirme Stéphane Delbrouck, son administrateur délégué. La technologie n’est pas neuve, elle est déjà utilisée en milieu hospitalier notamment. L’entreprise wavrienne l’a intégrée à un dispositif pratique pour les supermarchés : il suffit au client, avant d’entrer dans le magasin, d’introduire le chariot dans la machine qui ressemble à un gros caisson métallique. Celle-ci se referme et le caddie est bombardé d’UV pendant le temps que le client, lui se nettoie les mains avec le gel hydroalcoolique fourni. « C’est une machine qui ne produit aucun
rejet dans l’environnement. Tous les chariots sont désinfectés exactement de la même façon et intégralement », avance encore Stéphane Delbrouck. La Box a déjà séduit plusieurs magasins AD Delhaize en Belgique et Leclercq, en France, qui se verront livrer leurs premiers exemplaires la semaine prochaine. Des pourparlers sont par ailleurs en cours avec d’autres grosses enseignes.

Produire ce type de dispositif, ce n’est pourtant pas le métier premier de cette entreprise de fabrication métallique centenaire, spécialisée dans la tôlerie fine sur mesure. « En temps normal, nous faisons 50% de notre chiffre d’affaires dans l’architecture sur mesure et les 50 autres dans le secteur industriel, plus précisément le pharmaceutique, l’aéronautique et l’événementiel, explique le patron.

« Ces deux derniers secteurs ont été très fortement impactés par la crise du covid. (https:/ www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus) Et très rapidement, nos clients ont vu leur voilure extrêmement diminuer, en quelques semaines, dès l’annonce du confinement. Ce qui a eu un impact direct sur notre chiffre d’affaires, dès la mi-mars et pendant tout le mois d’avril ». L’équipe n’a pas baissé les bras pour autant : « On ne pouvait pas se permettre d’attendre que l’environnement économique nous permette à nouveau de nous tourner vers notre clientèle de base. Nous avons donc dû nous tourner vers des solutions innovantes, pour pouvoir continuer à travailler et assurer la survie de la société », poursuit-il.

Un chiffre d’affaires comparable à celui d’avant la crise

Après quelques semaines où une grosse partie du personnel est restée en chômage temporaire, les équipes ont pendant un mois et demi étudié, testé, peaufiné leur prototype. L’entreprise a aussi dû apprendre de nouveaux métiers, comme le marketing. « Nous avons dû engager un commercial spécialisé, un profil auquel nous n’avions pas recours auparavant dans notre domaine, et revoir notre structure et nos méthodes de travail ».

L’UV Safety Box » représente aujourd’hui 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise, les commandes en éléments architecturaux ayant repris, et le pharmaceutique n’ayant pas arrêté de tourner. « Grâce au développement de ces machines, on peut dire qu’au mois de mai, nous sommes revenus à une situation normale, à un chiffre d’affaires comparable à celui d’avant la crise du covid », se réjouit Stéphane Delbrouck. Son objectif est à présent de trouver de nouveaux marchés pour permettre à l’entreprise d’encore se développer.